EN

Les normes relatives aux aptitudes linguistiques dans les soins de santé – Où se situe la limite au

 
août 21, 2009

 


La SCSLM est le leader de la recherche sur les normes d’aptitudes linguistiques pour les technologistes de laboratoire médical formés à l’étranger 

La Société canadienne de science de laboratoire médical (SCSLM), l’organisme national de certification des technologistes et des adjoints de laboratoire médical, est le chef de file de la recherche visant à favoriser l’élaboration et la mise en œuvre de normes d’aptitudes linguistiques pour les technologistes de laboratoire médical formés à l’étranger. 

Le test d’aptitudes linguistiques est devenu le sujet crucial pour les organisations qui octroient un permis d’exercice et certifient les professionnels de la santé formés à l’étranger. Établir des normes de connaissances en langue anglaise appropriées au milieu du travail canadien représente tout un défi. Si on les établit trop basses, la sécurité du patient sera compromise et si elles sont trop hautes, l’intégration des professionnels de laboratoire formés à l’étranger dans le milieu de travail canadien sera retardée. Malheureusement, il existe très peu de recherche probante pouvant servir de guide au développement de normes d’aptitudes linguistiques spécifiques à la profession. 

C’est pourquoi la SCSLM a décidé de se lancer dans la recherche, subventionnée par le gouvernement de l’Ontario, afin de valider ses normes d’aptitudes linguistiques en langue anglaise. Dans le cadre du processus d’évaluation des connaissances acquises (ÉCA), une preuve de connaissances linguistiques est exigée pour déterminer si un technologiste de laboratoire médical formé à l’étranger est admissible à l’évaluation de ses titres de compétence, et pour déterminer également l’admissibilité à la certification nationale. 

Le projet de recherche initial, qui a été complété en 2008, a donné suite à des changements importants aux politiques et méthodes de la SCSLM relativement au test d’aptitudes linguistiques, soit : 
• l’addition de deux tests de connaissances linguistiques (CanTest et IELTS) à la liste des tests acceptés 
• l’introduction d’une norme linguistique en deux étapes 

Un second projet, complété en mars 2009, a servi à l’établissement d’un ‘seuil de réussite’ (résultat minimum exigé pour démontrer les aptitudes) pour les tests linguistiques approuvés ainsi que la validation d’un nouveau test spécifique à la profession, appelé MELA (Évaluation des connaissances en langue anglaise du Michener Institute). Dans le cadre de ce processus, la SCSLM a été l’hôte d’une série de panels d’experts, dans un contexte normalisé, regroupant des employeurs, des technologistes de laboratoire médical formés à l’étranger, des éducateurs, des spécialistes en langue et des représentants des organismes de réglementation. 

Guidée par les recommandations des groupes d’experts, la SCSLM a introduit, le 1er juillet 2009 dernier le nouveau seuil de réussite pour les tests d’aptitudes linguistiques approuvés (TOEFL, IELTS et CanTest) et le test MELA reconnu. 

«C’est vraiment stimulant de constater que nos recherches se sont concrétisées en politiques qui permettent un choix plus varié pour nos clients ÉCA et qui garantissent que nos exigences d’aptitudes linguistiques sont appropriées au milieu de travail canadien», fait remarquer Christine Nielsen-Trowhill, directrice de la certification de la SCSLM. «Nous travaillons en étroite collaboration avec la professeure Moira Grant, Ph.D, notre directrice de la recherche, afin de garantir que notre processus ÉCA repose sur une évidence solide et des pratiques optimums. De ce fait, la SCSLM est maintenant reconnue comme un leader de l’évaluation des connaissances acquises dans la communauté des soins de santé», ajoute-t-elle. 

Un autre résultat remarquable de la recherche a été le développement de lignes directrices pouvant servir aux autres professions de la santé pour établir des normes d’aptitudes linguistiques. «Nous sommes heureux que nos recherches puissent être utiles à d’autres organisations de soins de santé qui tentent d’établir des normes d’aptitudes linguistiques», précise Madame Nielsen-Trowhill. 

La SCSLM a traité 508 demandes d’évaluation des connaissances acquises en 2008. Un total de 637 technologistes de laboratoire médical formés à l’étranger ont été certifiés par la SCSLM depuis 2000. Les renseignements détaillés sur la façon d’obtenir la certification à titre de technologiste de laboratoire médical au Canada sont disponibles dans le site Web de la SCSLM à www.scslm.org. Cliquez sur ‘Technologistes internationaux’. 

-30- 

Pour de plus amples informations, communiquez avec : 


Alison McLennan 
Directrice des communications

(905) 667-8680

 

Reconnaissance des terres autochtones : Nous reconnaissons respectueusement que le bureau de la SCSLM, à Hamilton, en Ontario, se situe sur les territoires traditionnels de la Confédération de Haudenosaunis de la Nation des Mississaugas, des peuples Anichinabés, et des peuples Neutres. Ces terres sont régies par le Pacte wampum dit « Bol à une seule cuillère », un traité entre les Haudenosaunis et Anichinabés pour partager et entretenir la terre et ses ressources autour des Grands Lacs. Nous reconnaissons également que ces terres sont régies en vertu du Traité no 3 d’Achat entre les lacs de 1792, conclu par la Couronne et la Première Nation des Mississaugas de Credit.

 

© 2022 - CSMLS-SCSLM